INTERVIEW

Djoko, l’impact de son mental dans l’esport (partie-2)

Djoko, l’impact de son mental dans l’esport (partie-2)

Comment tu travailles justement ce mental ?

J’ai fais de la méditation et de la physiothérapie. Tout cela m’aide à rester concentrer, à relâcher la pression. En tant que joueur pro j’ai adoré ça, parce que je suis quelqu’un qui pense trop. Je suis hyperactif. Donc ça devient vite le KO dans ma tête et avec les LCS à côté tu as la pression et beaucoup de stress. Quand tu perds des jeux, tu vois tout de suite la retombée médiatique et les gens qui t’insultent. Il faut rester fort mentalement, c’est dur. Il reste aussi à affronter la défaite avec l’équipe, et se soutenir les uns les autres.

Si j’étais dans un jeu qui se passait bien j’allais être au maximum de mon potentiel. Alors que lorsque j’étais dans un mauvais game c’était la catastrophe. Et j’allais limite empirer les choses et être un poids pour mon équipe, chose dont je me suis rendu compte trop tard. Et je pense que c’est sans doute pour ça que Vitality n’a pas voulu de moi cette nouvelle saison. Car j’étais un joueur jungler 50/50.

Je pense qu’au final mon mental était faible. Parce que j’étais trop anxieux, c’était ma première année au LCS. Donc j’étais émerveillé d’atterrir dans ce monde et je pense que ça m’a complètement engloutit. Je pensais être quelqu’un de fort mentalement, mais je me suis rendu compte que j’avais au final beaucoup à apprendre, et c’est ça qui est merveilleux. C’est ce qui me permet d’avancer en tant que joueur pro, en tant que compétiteur.

J’ai changé ce mental, ce mindset avec le mois et demi qui vient de passer. J’ai changé ma façon de penser, de voir les choses. Je suis en période de changement. J’ai encore 20 ans, c’est normal, je suis aussi en train de mûrir. Et je sais que en tant que jungler et joueur j’étais beaucoup trop agressif. Je voulais montrer à tout le monde que j’avais ma place au LCS et au final je voulais trop en faire. Et suite à cela forcément, je faisais des erreurs ridicules que même un débutant ne ferait pas. Je m’en suis rendu compte.

Et depuis que j’ai fais des tests avec ma nouvelle équipe GIANTS au LCS j’ai changé cet aspect. Maintenant je prends mon temps. Je respire. Je ne laisse pas mon cœur s’emballer tout seul. Je garde la tête froide et ça marche du tonnerre ! J’ai la sensation que mon niveau augmente. Je saisis de meilleures opportunités, et je fais de belles actions. Mais il faut toujours garder ce petit esprit agressif et faire 2-3 actions ainsi. J’apprends des erreurs de ma première année au LCS, et là j’arrive mieux armé, avec plus de rage, plus d’envie de gagner pour la prochaine saison. Je pense que mon mental est 10 fois plus fort qu’avant. En même temps, ce n’était pas très dur vu au point où j’en étais.

Qu’est-ce qui fait que tu vas avoir un niveau supérieur à un autre ?

Le plus dur c’est de garder son sang-froid malgré l’adrénaline, tout le stress, et tout ce que tu as dans ta tête. Quand tu arrives à garder ton sang-froid, tu es beaucoup plus lucide. Et tu as juste à faire confiance à tes doigts, et laisser la magie faire le reste. Tu ne te poses plus de questions.

Tu es obligé d’acquérir ce sang-froid, parce que sinon tu te laisses emballer, tu te fais emporter par l’émotion et tu commences à sentir ton cœur à battre de plus en plus vite, et faire des erreurs.

Il y a une étude qui a été faite, et qui nous a été présentée : RIOT. Une psy très reconnue en Europe, notamment dans le gaming, car elle avait coaché une équipe et elle leur avait fait gagner les championnats du monde. Elle avait expliqué, qu’elle avait fait une étude avec les battements de cœur. Il se trouve que tu deviens moins précis sur la façon de lancer tes sorts, ta façon de jouer, lorsque ton cœur s’emballe. Le fin mot de cette histoire c’est que si ton battement de cœur est dans un rythme normal, apaisé comme si tu étais à la maison, tu vas pouvoir jouer à ton maximum, à ton plus haut potentiel, ton plus haut niveau. Et au contraire plus tu vas te laisser emporter par l’émotion, plus tu vas sentir ton cœur s’emballer, et c’est là que tu commences à avoir les mains qui tremblent, que tu vas perdre le contrôle et que tu risques vraiment de faire des erreurs. C’est vraiment une des clés que de garder son sang-froid.

Donc ce que tu me dis, c’est qu’une étude qui a démontré que plus le battement de cœur est rapide plus le joueur fait des erreurs. Dans la préparation mentale que je propose, je travaille justement sur la baisse du rythme cardiaque et la gestion du stress. Que penses-tu de l’importance de connaître le jeu pour aider un joueur mentalement ?

C’est énorme parce que justement quand tu es dans une espèce de zone dans  laquelle tu te sens comme chez-toi, et que tu sens vraiment à l’aise, c’est là où tu joues le mieux. C’est cette situation qu’il faudrait essayer de recréer.

Tu peux tellement préparer quelqu’un mentalement  sans connaître le jeu à fond et avoir un impact  immense sur un joueur, comme le fait de gérer son stress. En tout cas ce genre de choses, c’est vraiment hyper intéressant parce que c’est ce que les gens recherchent. Parce qu’un mec qui fait ça, c’est un mec bien. Et tu n’en as pas beaucoup dans l’esprit. On a besoin de personnes comme toi.

Steeelback avait des potes à lui dans une autre équipe, celle avec qui il était avant de rejoindre Vitality. Et qui justement avait pris une psychologue et du coup les mecs avaient fait une performance dans la league, c’était un truc de dingue. Les mecs étaient en train de défoncer les meilleurs de la league. Tu te disais, mais comment ils ont fait ? Et quelle est la différence avec les autres équipes ?  Bah c’était cette psy. Et au final les mecs ils parlaient de quoi, ils parlaient de la façon de vivre dans la maison, de comment ils se sentaient, et non pas 24H/24H du jeu. Parce que vivre en communauté, tous les jours, c’est difficile, tu n’es pas forcément habitué. C’est donc hyper important d’avoir quelqu’un qui s’occupe du mental des joueurs. C’est ce qui peu faire la différence et faire gagner un tournoi.

DECOUVRIR MA METHODE

Comment se passe la communication en équipe ?

Une communication est bien menée lorsque tous les joueurs ont une communication spécifique à leur rôle. Et si n’importe quelle partie de cet engrenage ne fonctionne pas comme il devait être, tout commence à dégringoler, à se décomposer.

Lorsqu’il y a une rencontre et que tu es mené 1-0, tu as des joueurs qui vont être très émotionnels. Et du coup ils ne vont plus communiquer suffisamment, voir même plus du tout. Et c’est ça qui détruit cet engrenage. League of legends c’est un jeu sur la communication, l’information. Tu vois où est le jungler en face, tu vas jouer et agir en conséquence et c’est tout le temps ça. C’est de l’information qui tourne en permanence.

Mais il ne faut pas non plus que les gens deviennent des excités. Il y a des situations où tu vas faire 4 kills, et là les mecs vont être en mode hyper enthousiaste ! Non justement, il faut garder son calme. Et c’est comme ça que tu sais reconnaître un joueur professionnel ou non. Ceux sont des gens qui arrivent à tempérer leur comportement. La communication, c’est très important dans une équipe, et sans ça elle va droit à l’échec. Tu ne peux pas gagner sans communication. En tout cas pas sur League of legends.

Il faut que celle-ci reste saine et précise. Il faut savoir quoi dire au bon moment, et comment agir en fonction. Il ne faut pas au contraire qu’il y est une chute d’informations trop élevée et trop importante. Il faut que ça soit net et précis. Sinon, les gens risquent de se perdre et de ne pas se comprendre.

Ce qui arrive souvent c’est qu’une personne dise de faire A et l’autre de faire B. Ce qui se passe c’est que tu as la moitié de l’équipe qui part faire A et l’autre moitié faire B. Et au final tu perds rapidement. C’est pour te dire à quel point la communication est importante. Il faut savoir s’écouter.

Je sais que vous êtes très proche Steeelback et toi. Est-ce que tu joues mieux avec lui ?

C’est une très bonne question que tu poses parce que cela a changé. Au début c’était difficile de jouer avec Steeelback parce qu’on était sur une méta qui se joue plus autour du top. Et j’ai toujours joué avec le joueur du top quand j’étais avec Millenium. J’ai plus ou moins recommencé à faire ça quand je suis arrivé chez Vitality. Surtout que Cabochard, le toplanner (rôle spécifique d’un joueur de League of legends) était un Français que j’appréciais énormément. Tout comme Steeelback, je ne dis pas le contraire mais j’avais ma façon de jouer qui était de manière quasi constante autour du top.

Et Steeelback me disait justement que pour lui c’était extrêmement bizarre et frustrant de jouer avec moi. On était vraiment de bons amis en dehors des jeux. Pendant une partie, on n’était pas forcément ennemi, mais on ne s’entendait pas super bien. C’était dur au début.

Mais par la suite, quand Vitality s’est fini, on a fait des tests chez Giants tous les deux. Et vu qu’on avait fait une année ensemble, lui il me connaissait bien sur la façon dont je jouais. Il me guidait un peu. Et comme on se connaissait hyper bien, on savait exactement quoi se dire, on se comprenait parfaitement. Et on arrivait directement à comprendre ce que l’autre voulait faire pendant une partie. Et ça nous a facilité énormément dans les tests. Je pense que ça va beaucoup nous faciliter sur la saison qui arrive.

Un mot pour la fin ?

Je suis très heureux de faire partie de l’aventure avec l’équipe de Vodafone Giants. Vous pouvez me suivre sur twitter : https://twitter.com/GIA_Djoko

Je suis disponible de temps en temps en coaching sur : http://school.egg-one.com/fr/cours-league-of-legends/338801

Jérémie Villalobo

Author Jérémie Villalobo

More posts by Jérémie Villalobo

Leave a Reply

En cochant cette case, j’accepte la Politique de confidentialité de ce site